Nouveau! Suivez-moi sur ma page Facebook! Me suivre

Lifestyle

Ce biais cognitif fait de vous un rédacteur beaucoup moins convaincant

3 Minutes de lecture

Nous risquons tous d’être victimes de l’effet de dilution.

Connaissez-vous l’effet de dilution ? Y faites-vous attention dans vos écrits ? Comment l’éliminer de vos écrits ?

L’effet de dilution se produit lorsqu’une personne doit peser plusieurs informations, dont certaines n’ont aucun rapport avec les arguments que vous présentez. Dans ce cas, les informations non pertinentes affaiblissent vos arguments.

Trop de rédacteurs sont victimes de ce biais cognitif, diluant les points clés de leurs écrits avec des faits sans importance qui finissent par réduire la puissance de leurs arguments. Voici comment l’effet de dilution peut vous rendre moins persuasif.

Trop de mots

Bien que l’effet de dilution ne soit pas le même que celui de l’écriture allégée, la frontière est mince quelque part. Comme de nombreux écrivains, vous souhaitez que chaque phrase vous aide à atteindre votre objectif, à savoir communiquer clairement vos points de vue. Et cela commence par les mots qui composent ces phrases.

Mais certains mots n’ajoutent rien à l’argument, ils enlèvent une partie du punch. Au-delà de la simple rigueur, assurez-vous qu’aucun mot ne vienne gâcher l’essentiel d’une phrase, d’un paragraphe ou d’une section. Ou du moins qu’il ne trouble la compréhension du lecteur.

Trop d’éléments justificatifs

Le nombre d’arguments que vous soulevez dans vos écrits n’est pas toujours en corrélation avec la qualité de votre travail. Bien sûr, si vous pouvez obtenir plus de points pour soutenir votre message principal, allez-y.

Mais pour atteindre cet objectif, de nombreux rédacteurs exagèrent avec un point (faible) de trop. Pour être plus persuasif, il est préférable de ne choisir que quelques points convaincants et bien argumentés pour étayer votre argument principal.

Vous ne voulez pas risquer que les points les moins convaincants enlèvent de l’éclat à vos points forts.

De nos jours, l’écrémage est la nouvelle lecture, et vous ne savez pas quels sont les points que le lecteur parcourt ou lit. C’est pourquoi vous ne devez mettre en avant que les meilleurs points.

Et si le lecteur se concentre sur le point le plus faible plutôt que sur les points solides que vous auriez aimé qu’il retienne ? Voulez-vous laisser le lecteur avec de nombreux points faibles qu’il oubliera dans la seconde suivante ou avec quelques arguments solides qui resteront longtemps en mémoire ?

Trop de points de vue différents

Ce point rejoint la suggestion de William Zinsser sur les unités dans son ouvrage classique On Writing Well. Dès le premier mot, assurez-vous que vos lecteurs ont une bonne idée de l’identité du destinataire de l’article, de l’histoire que vous racontez et du point de vue de qui.

Même si vous pouvez changer de point de vue ici et là, vous devez avoir un point de vue dominant. Et vous devez rester cohérent avec ce point de vue dominant. De nombreux auteurs changent de point de vue trop souvent et trop rapidement, et il est difficile pour les lecteurs de s’y retrouver sans aide.

Trop de personnages

Les personnages donnent vie à vos histoires. Et comme dans toute histoire brillante, quelques personnages font l’essentiel du travail, et c’est d’eux que tout le monde se souvient. Vous devez toujours vous demander si chaque personnage sert un objectif irremplaçable.

Non, ce conseil ne s’applique pas seulement à la fiction. En effet, de nombreuses œuvres non romanesques tournent également autour d’un personnage confronté à un défi et trouvant finalement une issue. Il n’est pas nécessaire de faire intervenir trop de personnages pour compliquer la tâche du lecteur.

Par exemple, si vous écrivez comment la tenue d’un journal vous a aidé à surmonter votre dépendance à l’alcool, vous ne voulez pas faire intervenir trop de personnages diluants.

Vous êtes le personnage principal, et si votre meilleur ami n’a pas joué un rôle important dans votre désaccoutumance, vous n’avez pas besoin d’en faire une co-star du spectacle.

Il risque de voler la vedette aux détails de votre parcours. Certains lecteurs pourraient même se demander qui est le héros – vous ou votre meilleur ami.

L’effet de dilution joue dans de nombreux aspects de l’écriture, et en tant qu’écrivains, nous devons tous y faire attention. C’est parfois difficile à faire, car nous devons respecter le nombre de mots et les guides de style dans nos écrits.

C’est alors que nous pouvons succomber à la tentation de vouloir étayer les choses avec des mots, des arguments et des personnages moins pertinents. Mais nous devons faire attention à l’effet de dilution, et même combattre cette envie.

Pour ce faire, examinez tous vos mots et vos points pour voir si chacun d’eux est suffisamment fort pour rester en place. N’expédiez que le meilleur de ce que vous avez. Ne laissez aucun élément supplémentaire diluer votre message et vous rendre moins persuasif.

Lisez d’autres articles du blog ici !

Articles similaires
Lifestyle

Le pouvoir de la visualisation

6 Minutes de lecture
Comment utiliser la puissance de votre esprit pour concevoir votre avenir. Le pouvoir de la visualisation : Découvrez comment utiliser de puissantes…
Lifestyle

9 conseils pour trouver un bon mentor : Comment demander des conseils à un inconnu sur sa carrière

4 Minutes de lecture
La plupart des gens n’ont pas la chance de tomber sur un grand mentor. Nous devons plutôt trouver des personnes que nous…
Etude de casLifestyle

Pourquoi travailler dur ne suffit-il pas ?

5 Minutes de lecture
Travailler dur de longues heures en tant que chef d’entreprise peut être une vertu, mais cela peut aussi conduire à l’épuisement. C’est…
Rejoignez ma liste privée aujourd’hui !

Ne manquez rien de mes actualités.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *